Encore peu présente en France, la Microfinance devient une économie de plus en plus importante autour du monde. Ce marché explose principalement dans les régions les plus touchées par la précarité. Les services financiers des Institutions de Microfinance (IMF) sont justement destinés aux personnes pauvres, exclues du système bancaire classique.

Marché de l'Unorcac, grandes halles, vendeurs de roses et de petits pains

La naissance de la Microfinance

La microfinance, telle qu’on la connaît aujourd’hui, a vu le jour grâce au Professeur Muhammad Yunus dans les années 1970. Face à l’extrême pauvreté présente dans son pays et au manque d’aide apporté aux personnes sans ressources, il décida d’octroyer des crédits de faible montant à un groupe de femmes dans le besoin en prêtant ses propres économies. A l’échéance du remboursement, l’ensemble des femmes s’étaient acquittées de leur dette. C’est ainsi que Yunus créa ce qui est devenu la Grameen Bank, elle bénéficie à plus de 3,7 millions de clients.

Les valeurs et les dérives de cette économie

La microfinance rend possible l’accès aux services financiers et bancaires – comme le microcrédit, l’assurance, l’épargne ou le transfert de fonds – pour des personnes qui en sont exclues. Ces personnes s’en voient refuser l’accès car elles ne représentent aucune garantie et confiance pour les institutions bancaires classiques. 

Le microcrédit et les autres services bancaires de la microfinance sont donc de puissants outils. Ils permettent aux populations vivant dans la précarité de créer une entreprise ou un emploi, de scolariser les enfants, ou encore d’investir à plus long terme. Les personnes pauvres, voire très pauvres ont, grâce à ce système alternatif, enfin accès à des services bancaires.

Cette économie, qui apparaît vertueuse du fait de sa finalité sociale, n’est cependant pas exempte de dérives. Depuis le début des années 2010, on observe ces phénomènes. Parmi ceux-ci on remarque les taux d’intérêts très élevés. Ils sont la cause de surendettements chez les bénéficiaires qui ne sont plus en mesure de rembourser leurs microcrédits.

Les institutions de Microfinance

Les IMF et le microcrédit

Les Institutions de Microfinance (IMF) offrent ces services bancaires aux personnes exclues du système traditionnel. Les Institutions peuvent prendre différentes formes: des coopératives d’épargne et de crédit, des ONG, des programmes établis par des organisations internationales, des institutions de Microfinance régulées et des banques de Microfinance.

Trois principaux types de prêts existent : individuel, de groupe (pour 3 à 5 personnes) et solidaire (pour 20 personnes environ). Le prêt destiné à la clientèle la plus pauvre est le prêt dit « solidaire ». Chaque personne dans le groupe se porte caution des autres, c’est-à-dire que la responsabilité de tous est engagée. Ce type de prêt est utilisé par les personnes ayant peu de moyens pour résoudre le manque de garantie matérielle.

Les chiffres de la Microfinance

Depuis ses débuts dans les années 1970 avec Yunus, le nombre de microcrédits délivrés dans le monde ne cesse de grimper. La répartition de ces 140 000 millions de bénéficiaires reste inégale selon les régions et les pays. Les places fortes de la microfinance dans le monde se situent en Asie du Sud et en Amérique latine.

Dans le monde sur l’année 2019, on constate les chiffres suivants :
– 916 Institutions de Microfinance sont recensées
– 124 milliards de dollars sont prêtés via le microcrédit
– 140 millions de personnes en bénéficient

En réalité, le secteur de la microfinance reste encore très informel et peu encadré, il est difficile d’estimer le nombre d’IMF qui dépasse sans doute les 10 000 aujourd’hui ! 

La Microfinance autour du monde

La microfinance en Asie

L’Asie du Sud a vu naître la microfinance, ce qui explique qu’elle détient le plus grand nombre d’emprunteurs. En 2018 ils étaient 86 millions et 89% de ces emprunteurs sont des femmes ! Les 3 plus grands marchés y figurent : Inde, Bangladesh et Vietnam. Au total, plus de 80 000 millions personnes bénéficient de microcrédits dans ces trois pays, ce qui représente plus de la moitié du total des bénéficiaires.

Enfin, ils figurent en deuxième position mondiale en termes de volume de portefeuille de crédit : on comptait 37 milliards de dollars prêtés via le microcrédit en 2018.

L’Amérique Latine et le microcrédit

L’Amérique latine, en incluant les Caraïbes, est la première zone en termes de volume de portefeuille de crédit. Le montant total et global des crédits souscrits représente environ 48 milliards de dollars. C’est aussi la seconde zone en termes d’emprunteurs, juste derrière l’Asie du Sud, avec 22 millions de clients !

Le Mexique est notamment le quatrième pays au monde où la finance est la plus présente avec 7 millions de micro-emprunteurs. Ce chiffre qui correspond à 5% de sa population !

L’Afrique et l’Europe

Enfin, citons l’Afrique, un marché encore peu développé mais qui connaît une croissance impressionnante depuis quelques années. Depuis 2012, le continent enregistre ainsi une hausse de 56% sur l’encours total de prêts, c’est-à-dire le montant global des crédits en cours.

De plus, le nombre d’emprunteurs a augmenté de 46% sur la même période pour atteindre 6.3 millions de personnes en 2018. Aujourd’hui on estime qu’il sont officiellement 9 millions à bénéficier de microcrédits.

Outre ces zones majeures de la microfinance, des marchés plus modestes existent et se font une place de plus en plus importante. C’est le cas de l’Europe de l’Est et de l’Asie Centrale, où on constate une croissance du nombre de clients de plus de 30% depuis 2012 (2.5 millions en 2018).

La vision d’Impulso

La microfinance autour du monde a un réel impact positif au sein de l’économie locale et auprès de micro-entrepreneurs. Dans ce cas-là, on parle bien de micro-entreprises telles que des boulangeries, papeteries, merceries ou drogueries.

Les services financiers de cette économie sont parfois utilisés à tort et à travers par ceux qui en ont besoin. Il est donc primordial que l’accès à ces ressources aille de paire avec un accompagnement financier et administratif. C’est là toute la raison d’être d’Impulso. Nous voulons que les personnes bénéficiant de ces prêts l’utilisent à bon escient et aient des conséquences positives sur leur activité et leur famille.

La microfinance est donc un outil inclusif de la finance et se développe à un rythme différent sur chaque continent. Heureusement, elle donne l’opportunité à chacun d’accéder à des services financiers et de mettre en place ses projets ! Nous espérons que ce panorama de la microfinance autour du monde vous a plu ! 

Découvrez les portraits des micro-entrepreneurs que nous accompagnons et qui, grâce à nos volontaires, reçoivent une éducation financière ajustée à leurs besoins.