Au revoir l’Equateur, bonjour le Pérou !

Après un appel skype avec Impulso, nous sommes partis d’Otavalo plus tôt que prévu. Au lieu de quitter l’Equateur le 1er octobre comme initialement planifié, nous sommes partis vers le Pérou le 13 septembre. L’association nous a donné 10 jours de vacances pour descendre les 1700 kilomètres qui séparent Otavalo de Barranca, la deuxième destination de notre mission.

Nous avons passé nos deux dernières semaines en Equateur à interviewer 13 entrepreneurs accompagnés ou ayant été accompagnés par Impulso pour tester nos questionnaires, récolter des données et développer l’outil que nous a commandé l’association pour mesurer son impact. Nous avons ensuite déployé le questionnaire là où travaillent les autre volontaires. Ainsi, au Pérou 14 interviews ont déjà été menée à Barranca et les prochaines se dérouleront à Chincha. Nous attendons les résultats du Guatemala, ainsi que les derniers entretiens en Equateur.

Pendant nos 10 jours de descente, Théophile a réussi l’ascension du Chimborazo (6310 m), plus haut sommet d’Equateur et point sur terre le plus proche du soleil par sa proximité avec la ligne équatoriale. Véro quant à elle, a fait le trek du Quilotoa, 3 jours pour parcourir 44km entre 2500 et 3800 m. Nous nous sommes retrouvés à Cuenca au sud de l’Equateur pour prendre un bus vers le Pérou. Une fois la frontière passée, nous sommes resté quelques jours à Mancora au nord du pays puis avons rejoint Barranca où nous sommes depuis une semaine.

La semaine dernière nous avons fait le point avec notre directeur académique. Nous devons ici écrire la plus grosse partie de notre mémoire. Maintenant que nous avons développé, testé et adapté notre outil de collecte de données, nous avons accès à un premier échantillon de données qui nous permet de développer l’outil d’analyse que nous délivrerons à Impulso. Nous avons rencontré les trois volotaires qui sont ici depuis un mois, ainsi que les employés de la coopérative Micredisol, partenaire d’Impulso au Pérou.

Nous avons noté des différences dans les crédits et le mode de fonctionnement entre Otavalo et Barranca. Ici la grande majorité des entrepreneurs empruntent en groupe et remboursent ensemble, quelle que soit leur activité. Les volontaires accompagnent donc ici des groupes d’entrepreneurs. A Otavalo, les entrepreneurs accompagnés sont des emprunteurs individuels et le seul groupe suivi est constitué de personnes ayant emprunté pour financer la même activité, une plantation d’avocats.  Une autre différence est la quantité empruntée, beaucoup moindre ici au Pérou. A Otavalo nous travaillons majoritairement avec des entrepreneurs ayant un crédit et non un microcrédit, ici.

Nous espérons que vous appréciez notre newsletter. Nous vous souhaitons une excellente journée !

Véro et Théo

Retrouvez toutes les nouvelles de nos volontaires, découvrez qui sont nos entrepreneurs et connaissez nos pays d’action et nos partenaires !