Un mois plus tard… à Chincha Alta

NOS IMPRESSIONS

Cela fait déjà un mois que nous sommes arrivées à Chincha ! Nous n’arrivons pas à y croire. D’un côté, nous avons l’impression d’être là depuis longtemps ; de l’autre, 4 semaines c’est peu et on termine tout juste la phase de découverte !

La ville nous parait toujours bien dépaysante, avec ses tuktuks, sa poussière et ses odeurs. Les ballades ne sont pas très agréables, de ce fait nous ne marchons pas beaucoup ; nous avons une vie plutôt sédentaire. Heureusement un cours d’aérobique quotidien nous permet de nous activer un peu. Le soleil se lève de temps en temps l’après-midi, sinon c’est une météo très grise malgré le printemps qui est officiellement arrivé. C’est d’ailleurs très célébré ici, comme le prouve la photo de ce char où Miss Printemps et ces deux dauphins défilent dans les rues. Plusieurs collèges procèdent à une élection !

Hâte de vous raconter notre travail avec les entrepreneures !

DÉBUT DE L’ACCOMPAGNEMENT

Nous avons environ 15 socias (femmes entrepreneures) avec lesquelles nous travaillons. La plupart bénéficient de crédits groupés, quelques unes de crédits individuels.

Pause explication :

Crédit groupé : crédit d’un petit montant (entre 200 euros et 500 euros) destiné à un groupe de femmes (+/- 10/15). L’intérêt est qu’elles se portent garantes les unes des autres. Si l’une ne peut pas se rembourser, elles s’engagent à toutes rembourser. Les pré-requis sont minimes, une pièce d’identité, une facture de gaz du mois dernier et la vérification de domicile faite par l’analyste suffisent. Sans cette solidarité, il serait trop risqué pour les Coopératives de Microfinance d’octroyer le crédit.

Crédit individuel : crédit qu’une femme prend seule ; allant de 1000 euros à +/- 10 000 euros. Les garanties demandées sont plus nombreuses, il faut notamment être propriétaire de son logement.

 

CRÉDIT GROUPÉS

Ces socias ont des petites activités économiques, on ne peut pas vraiment parler de business/entretreprises. Voici des exemples de ces activités : “bodega” (épicerie), “libreria” (papeterie), “lodoteca” (garderie), “venta de ropa” (vente de vêtement), “confeccionista artesanal” (couturière), “venta de animales” (vente d’animaux), “animacion de eventos”, “dulceria” (vente de gâteaux).

Dans ce cas, la priorité est l’éducation financière :

Reprise des bases : compréhension de la marge et de son optimisation (calcul prix de vente-prix d’achat), de l’importance de l’épargne aussi petite soit-elle, de la prise en note de toutes les dépenses (coûts-revenus), des notions de taux d’intérêt et endettement.

En parallèle, nous commençons un travail sur l’organisation : inventaire, gestion du “stock”, rangement, hygiène, tri par couleurs/tailles, ré-arrangement de l’espace, produits périmés. Pour certaines, nous en venons à de la communication (séance photos, vidéos de présentation). Nous sommes très loin de parler de page facebook, étude de marché, prospection, marketing, etc. Les activités de ces femmes sont des petites activités, souvent informelles, qui servent en tout premier lieu à les nourrir et leur donner un toit.

Notre rythme : souvent, on passe un après-midi entier (14h-18h) dans un village pour essayer de rentabiliser notre aller-retour et voir le plus de socias prossibles (3 ou 4).

Aléas culturels : compliqué de prévoir car certaines n’ont pas de téléphone, d’autres décommandent en last minuste : résultat, c’est souvent la loterie !

CRÉDITS INDIVIDUELS

Les 3 socias que l’on accompagne ont des business plus développés que celles qui bénéficient de crédit groupé : un restaurant, une boutique de vêtements (vente et location), et une garderie. Nous avons l’impression qu’elles ont plus d’ambition et de motivation, une vraie volonté d’expansion.

Education financière : elles aussi ont besoin d’être accompagnées dans la gestion de leurs dépenses. Pour elles, il n’est pas courant de faire ses comptes assidument. On en revient aussi aux bases : coût de revient d’un repas, d’un enfant à garder, etc. Toutes ont pour volonté d’augmenter leur clientèle, c’est donc notre objectif principal : plus de visibilité.

Restaurant : création d’un logo que l’on va peindre sur la porte, prises de photos de ses plats pour mettre au menu et décorer le restaurant, création d’une page Facebook et TripAdvisor. Les prochaines étapes sont : revoir l’organisation et l’hygiène de la cuisine, l’éfficacité, réduire le gâchis.

Garderie : animation de la page Facebook (photos, posts), recrutement d’une nouvelle auxiliaire de puériculture (diffusion de l’offre sur les réseaux, dans les instituts d’éducation), et nous allons travailler sur les ateliers d’été à prévoir pour le mois prochain, ainsi que l’aménagement de 2 salles supplémentaires.

Boutiques de vêtement : réalisation de l’inventaire, création d’étiquettes pour trier les vêtements (par taille et par couleur), idem pour les chaussures, réaménagement d’un nouveau local, shooting photos avec des jeunes filles pour imprimer des photos et faire des flyers pour la location de robes. Une grande partie de ses revenus vient des “Quinceneras” : le quinzième anniversaire des jeunes filles qui se fête beaucoup ici.

Notre rythme : on passe entre 1h et 3h avec chaque socia. Nous avons une très bonne relation avec ces 3 femmes, le contact est très bien passé, nous les sentons investies et réceptives avec l’envie de nous revoir à chaque rendez-vous.

Nous allons à Lima lundi prochain pour faire un point avec Micredisol et les autres volontaires : envie de partager nos expériences et anecdotes, questions, doutes. Nous avons des choses à faire remonter à l’Institut de Microfinance dans la mise en place du partenariat.

 

QUELQUES ANECDOTES …

  • Nous n’avons pas encore acheté de viande qui pend à l’air libre dans le marché central.
  • Nous marchons en moyenne 3km par jour -contre 10 en France…
  • Nous avons fêté le jour de l’amitié avec nos amies du cours de step (âgées de 30 à 60 ans) samedi soir dans la salle de sport : soirée danses latines, vins et pisco locaux, défilé d’élection de Miss Printemps, poulet frites à 23h… et éclats de rires toute la soirée. Juliette a gagné la 3ème place du concours !
  • Thaïs va faire un foot avec un groupe de socias d’un village samedi après-midi, et nous nous occuperons du prix pour l’équipe gagnte : un gâteau ou des crêpes !!
  • Nous sommes les deux seules blanches de la ville, comment vous dire que l’on ne passe pas inaperçues.
  • Nous sommes invitées à déjeuner chez une “ami” du cours de step avec son mari et ses 3 filles : au menu, Carapulcra, typique péruvien. On a hâte !
  • Le président péruvien n’est plus président depuis lundi, il a été suspendu par le Parlement ; il y a maintenant une présidente en “intérim”. Ca s’annonce mouvementé !

 

Vos retours suite à notre 1ère newsletter nous ont fait vraiment très plaisir ! N’hésitez pas à nous partager vos ressentis, vos questions, vos doutes, vos idées ; nous sommes très preneuses de tout feedback !

A très vite !

 Retrouvez toutes les nouvelles de nos volontaires, découvrez qui sont nos entrepreneurs et connaissez nos pays d’action et nos partenaires !