Nous aimerions commencer cette newsletter en remerciant tous nos contributeurs, car c’est grâce à vous que nous avons atteint 100% de notre objectif il y a quelques semaines !

Cela fait maintenant plus d’un mois que nous sommes arrivés à Otavalo, et nous avons avancé sur plusieurs aspects du projet. Dans notre première newsletter, nous avons mentionné les 10 ans d’UniOtavalo. Lors de la conférence dédiée à remercier les acteurs de la coopérative, fondateurs, employés, clients et socios, nous avons pu faire une intervention sur l’implication d’Impulso auprès des socios.

Il est drôle de noter que pendant les conventions ici, de la nourriture est servie pendant les présentations plutôt qu’après les discours. Créée par des jeunes adultes qui souhaitaient rendre à leur communauté, la coopérative compte après 10 ans 2500 clients et 5000 associés dont les activités varient entre artisanat, nourriture, équipement technologique, textile et projets innovants. Nous sommes deux binômes de volontaires à Otavalo et nous avons deux missions distinctes. Ariane et Anne-Claire travaillent avec la grande majorité des entrepreneurs accompagnés et leur donnent des leçons de comptabilité, marketing et réseaux sociaux.

 

Parfois, lorsque notre aide peut-être utile, nous les assistons. Véro, qui est douée en photographie, aide par exemple Juan à prendre des photos pour créer un catalogue des habits que la famille de cet entrepreneur confectionne.

Cependant, notre mission principale est d’aider Impulso à calculer son impact social dans ses pays d’intervention et nous travaillons aussi avec UniOtavalo sur ce qui touche à leur communication. Nous avons donc travaillé sur un questionnaire qui sera administré aux entrepreneurs accompagnés par chaque groupe de volontaires dans les pays d’action (Equateur, Pérou et Guatemala) et qui nous aidera à constituer une base de données à analyser. Le questionnaire contient environ 150 questions, ciblées en fonction du sexe et du pays des entrepreneurs. Nous avons inclus les 10 questions du PPI (Poverty Probability Index) qui est un indicateur adpaté à chaque pays et qui indique la probabilité qu’un foyer soit en dessous du seuil de pauvreté dans son pays. Nous avons aussi créé deux autres questionnaires, l’un destiné à collecter des retours d’expérience aurpès des volontaires de l’association, l’autre pour sonder les membres de la communauté locale sur leur intérêt éventuel envers un accompagnement d’Impulso. Au moment où nous rédigeons cette newsletter, nous avons déjà eu les premières réponses à nos questionnaires, notamment celle de Mentita, qui tient une chambre d’hôtes et chez qui le frère de Théophile, qui nous a rendu visite pendant un mois, à accepté de peindre deux murales pour ses cabanes.

Pierre-Louis est un artiste et, suite à ce travail, la présidente de UniOtavalo l’a mis en contact avec le Ministère de la Santé de l’Equateur pour peindre une murale sur un mur de la gare de bus de la ville. Le ministère souhaitait attirer l’attention sur les bénéfices du lait maternel dans le cadre de la semaine mondiale de l’allaitement !

Si vous souhaitez voir d’autres de ses oeuvres, son travail est disponible sur son compte Instagram : @picor_art. Durant son séjour ici, Pierre-Louis a également réalisé deux autres commandes. Il a peint deux murales pour la famille chez qui nous logeons et une pour la salle de crossfit où nous nous entraînons.

UN APERÇU DU MOIS PROCHAIN

Rendez-vous avec le service de coopération de l’Ambassade française à Quito; rendez-vous avec UnorCac, une autre association locale pour discuter d’un éventuel partenariat avec Impulso; administration de nos questionnaires en Equateur et dans les autres pays; départ vers le Pérou, notre second pays d’intervention, où nous retrouverons d’autres volontaires; continuation de notre mémoire.

QUELQUES VOYAGES

Nous restons pendant la semaine à Otavalo pour travailler avec les entrepreneurs, la coopérative et pour faire notre recherche et profitons des weekends pour voyager en Equateur.

Il y a quelques semaines nous sommes allés faire une promenade de 5 heures autour du Lac de Cuicocha. Pas très difficile, cette sortie nous a offert une très belle vue ainsi que l’opportunité de nous habituer, dans l’effort, à l’altitude de la région.

Le weekend suivant, nous sommes allés à Baños de Santa Agua, un village situé dans la partie sud du pays qui regorge de cascades, sources chaudes et promenades.

Ensuite Véro est allée au festival de musique dans la jungle amazonienne avec deux autres volontaires.

Le samedi suivant, nous avons réalisé l’ascension du volcan Imbabura qui domine Otavalo. Après 4 heures d’ascencion, nous avons atteint le premier pic à 4570 mètres d’altitude. Théophile et son frère, ainsi que deux autres de notre groupe, ont poussé une heure de plus pour vaincre le second sommet à 4640 mètres. Bien que la montée fut rude, c’est la descente de plus de 3 heures qui a fini de nous achever. Le lendemain nous avons accompagné notre famille d’accueil aux thermes pour des bains bien mérités.

Nous avons passé un weekend à Montañita et Puerto López, où nous sommes allés sur la isla de la Plata, aussi appelée “Galapagos du pauvre”. En chemin, nous avons vu des baleines, des dauphins et des tortues, et sur l’île nous avons pu observer différentes espèces d’oiseaux.

Nous espérons que vous appréciez notre newsletter. Nous vous souhaitons une excellente journée !

Véro et Théo

Retrouvez toutes les nouvelles de nos volontaires, découvrez qui sont nos entrepreneurs et connaissez nos pays d’action et nos partenaires !