Retrouvez chaque mois les dernières nouvelles de nos binômes ! Vous pouvez vous abonner ici pour les recevoir directement dans votre boite mail et les suivre sur le terrain d’action. Bonne lecture 🙂

Comme convenu, nous vous envoyons des nouvelles de Anita, Omar & Diego : une fratrie tenant l’épicerie Condipal au nouveau Mercado 24 de mayo. Amoureux de la cuisine, ils souhaitent faire découvrir de nouvelles saveurs aux habitants de Otavalo et à long terme, pouvoir créer leur propre marque. Nous avons d’abord donné rendez-vous à Anita dans une cafétéria, on devait rester une heure, nous y sommes restées trois. Ce qui nous a le plus marqué c’est sa volonté de créer, travailler, apprendre et recevoir de nouvelles idées. Travailler POUR partager. Anita est une personne super positive, les moments passés à ses côtés sont donc pleins de petites leçons de vie. Soucieuse d’aider son entourage et d’encourager les femmes à persévérer dans les affaires, elle a créé un groupe de travail avec ses amies du marché pour se soutenir, s’entraider et s’inspirer.

Bref Anita nous a vraiment inspiré avec sa gaité qu’il fallait absolument communiquer ! Et c’est justement sur ça qu’ils avaient besoin de notre aide : donner un coup de boost à leur communication et leur visibilité sur internet. Première étape : créer du contenu. Après une séance photo improvisée, nous nous sommes retrouvées plusieurs fois chez Anita pour lui apprendre à gérer un compte Facebook (changer la photo de profil, faire une publication, renseigner les infos pratiques etc.). L’objectif était de faire ressortir leur générosité et leur passion à travers les différents posts et Condipal est ainsi passé de 23 j’aime à 160 j’aime en une semaine. Ils disposent maintenant d’une communauté qui pourra répondre présente aux futures évènements que nous souhaitons mettre en place (dégustations, promotions etc.). A ce sujet, Anita a fait une demande au marché : on croise les doigts pour obtenir une réponse positive et continuer à travailler avec elle.

Petit plus, ils voulaient aussi être présents sur Google maps : lorsque leurs photos et coordonnées sont apparus dans la recherche, Anita a sauté de joie !

En parallèle, nous continuons d’accompagner Rosita. Tout son inventaire est à refaire, son local de 8m2 déborde de partout, elle est sur stockée. On s’est d’abord attaquées aux brassières : 900 pièces au total (non non, ce n’est pas qu’un magasin de lingerie) !

Malheureusement, Rosita, très motivée au début, s’est vite rendue compte qu’elle était incapable de noter ses ventes de manière aussi détaillée qu’elle l’avait fait pendant l’inventaire. Donc, retour à 0 : on va d’abord s’assurer que nous avons la bonne méthode de comptage (simple et rapide) avant de s’attaquer à l’inventaire. Rosita a réfléchi à une classification simplifiée de ses vêtements ; elle et ses vendeuses s’entraînent depuis deux semaines à noter l’ensemble de leurs ventes. La clientèle défile à toute vitesse le mercredi et le samedi : les filles ont encore du mal à être assidues ces jours-là.

Dû à son emplacement dans le marché, les clients négocient les prix qui varient fortement. Nous lui avons donc appris à calculer sa marge moyenne. Rosita a ainsi pris conscience qu’elle n’atteignait pas le pourcentage de marge espéré : bizarrement elle  est devenue plus dure en affaires depuis… Même si elle a déjà des bases en comptabilité grâce aux précédents binômes Impulso, une fois son inventaire de fait, on compte bien l’aider à mettre sa comptabilité au carré car elle n’a aucune idée de ce qu’elle gagne et de ce qu’elle pourrait garder pour elle et sa famille : elle travaille donc 7j/7 et ne s’accorde 0 repos.

Avec Uniotavalo, nous avançons sur leur page web qui n’était à la base pas très attractive. Grâce aux échanges avec nos entrepreneurs, on a pu réaliser des photos témoignages qui serviront d’illustration pour les services que propose la coopérative. Cela a aussi été l’occasion d’initier l’équipe au droit à l’image et à la nécessité de mettre en place des contrats pour sécuriser leur contenu.

Notre accès à leur système de données est en cours de validation. Une fois activé, on pourra compléter les fiches clients des 3 000 entrepreneurs, actuellement sans activités économiques connue. L’info se trouve dans les archives papiers ou au bout du fil, il nous faudra donc beaucoup de patience avant de pouvoir réaliser une analyse de la clientèle d’Uniotavalo qui les aidera à cibler leur communication et leurs services pour répondre aux attentes de la majorité de leurs clients.

Dernièrement, nous avons aussi travaillé sur un cours de comptabilité simplifié à proposer aux clients de la coopérative mais aussi aux otavaleniaux pour promouvoir le micro crédit et Uniotavalo. Les gérants nous ont d’abord demandé de faire la présentation à l’ensemble de l’équipe. Ainsi, les commerciaux terrain pourront faire part à leurs clients de cette initiative et motiver le plus grand nombre à y participer régulièrement.

Nous avons aussi eu l’occasion de rassembler l’équipe autour d’un verre pour faire d’avantage connaissance. C’était un bon moment animé avec un quizz : on a le plaisir de vous apprendre que la capitale de la France est Amsterdam !

Pour finir, trop contentes de se lancer dans 4 nouveaux projets :

  •  Irene tient une boutique au Lago San Pablo et souhaite clarifier son offre et sa comptabilité.
  • Sa maman est propriétaire de l’hôtel en face et demande de l’aide pour attirer la clientèle étrangère.
  • Le restaurant Meson del Rey souhaite améliorer sa visibilité (via les réseaux sociaux et grâce à sa devanture).
  • Le restaurant Savor Vazco cherche à communiquer sur la qualité de ses produits équatoriens bio et à attirer la clientèle étrangère.

Merci de nous suivre et à bientôt !

Anouck & Candice