Retrouvez chaque mois les dernières nouvelles de nos binômes ! Vous pouvez vous abonner ici pour les recevoir directement dans votre boite mail et les suivre sur le terrain d’action. Bonne lecture 🙂

Ici, les choses se font poco a poco (petit à petit) et on l’a bien senti. On s’est donc familiarisée avec la culture et on a évité de bousculer nos entrepreneurs. On a aussi compris qu’un rendez-vous se programmait du jour au lendemain si on ne voulait pas se prendre un lapin (une semaine à l’avance c’est bien trop tôt). DONC au lieu de se lancer tout de suite dans un plan d’action concret comme le souhaitaient nos socios, nous avons décidé d’échanger avec nos entrepreneurs sur la vision de leur projet, sur ce qu’on pouvait leur apporter pour comprendre leur personnalité : des moments précieux et très appréciés.

Vous vous souvenez de Luis ? Le musicien ! Retour sur notre première rencontre :
Luis et sa femme, tous deux Quichwas (la communauté indigène d’Otavalo) se sont tout de suite réjouis de nous rencontrer. Eux et leurs 5 enfants, vivent de la musique. A la maison, chacun joue d’un instrument et ensemble, ils forment le groupe Ayllupura.
De visite chez eux, Luis, vêtu de son habit traditionnel (pantalon blanc, chaussures blanches, poncho bleu et chapeau) nous confie qu’il a déjà reçu plusieurs micro crédits pour financer les instruments de musique et le matériel informatique qu’ils utilisent pour graver les CD’s. Après s’être soigneusement rasé en se regardant dans un reste de rétroviseur, il accepte de raconter devant la caméra Impulso la création du groupe, les festivals auxquels ils ont participé, les prestations qu’ils proposent. Bavard, il nous parle aussi de leurs allers retours en Europe et en France, où ils ont longtemps joué. Il aurait bien aimé qu’on l’aide à y retourner mais malheureusement nous ne sommes pas là pour ça (côté administratif, nos propres visa nous occupent déjà assez). Caméra éteinte, il nous fait part de sa deuxième activité économique : les Chumpis (ceinture que portent les femmes Quichwas). On continue de discuter pendant qu’il nous explique le fonctionnement de son métier à tisser et on se donne rendez-vous la semaine prochaine pour les voir jouer.

C’est au Mira Logo qu’ils nous ont donné rendez-vous, un restaurant très touristique qui donne sur le lac San Pablo où le groupe joue chaque samedi de 9h00 à 12h00. La musique est entrainante et typique. Le plus jeune fils est à craquer lorsqu’il gratte son instrument en forme de boite de conserve et son ainé est impressionnant quand il accompagne son père au chant. Malgré cela, leurs quelques CDs se vendent difficilement. On repart donc avec une idée en tête qui pourrait les aider à toucher d’avantage les touristes qui semblent être leur principale clientèle.

 

La semaine suivant, on aborde donc avec eux l’idée des codes de téléchargement. Nous mêmes touristes, on a déjà acheté, au cours de notre voyage, des albums via un code internet : pratique, rapide et actuel … actuel ?! Ce n’est pas si évidant à comprendre pour Luis et sa fille à qui nous venons d’apprendre l’existence d’Itunes et du téléchargement mobile et l’utilisation qu’en font leur clientèle américaine et européenne. “Et nous avec nos CDs …” répond Luis. Fou rire général ! On rassure Luis sur le fait qu’ils doivent garder leur CDs mais qu’on veut simplement les aider à mettre en place une offre supplémentaire : ils sont partants !
Ils nous reçoivent donc chez eux afin qu’on mette cela en place tous ensemble. Même si l’endroit est miséreux, ils sont toujours aussi généreux et volontaires. La mère prépare un jus de fruits, la fille nous aide à télécharger les fichiers, le fils branche le son et Luis vient visser l’unique ampoule de la maison au dessus du bureau. A trois, entassés sur le banc, le plafond juste au-dessus de nos têtes, la wifi qui mouline et notre jus de mûre à la main, nous sommes fin prêts pour retravailler leur logo et créer leur compte Bandcamp (outil de vente et de distribution de musique d’artistes indépendants) et générer les 200 premiers codes gratuits de téléchargement. Ils souhaitent vendre chaque code 1$ et mettre dessus leurs 4 meilleures musiques. Oui, oui, elles envoient du lourd parce qu’elles ont bien mis 3 heures à se télécharger. Pas le temps d’attendre jusqu’à la fin, un deuxième entrepreneur nous attend, mais on se donne rendez-vous pour l’impression à Otavalo.

Trouver un imprimeur, c’est une sacrée histoire ! Après avoir fait trois imprimeurs qui n’avaient plus d’encres et ne voulaient/pouvaient pas en racheter nous avons enfin trouvé un imprimeur de qualité. Luis et sa femme, sont très contents du résultat. Et grâce à vous, on est ravies de pouvoir leur offrir l’impression. Après leur avoir donné quelques conseils de vente et d’approche du client, ils sont prêts pour un premier test le samedi suivant à Mira Lago. Bon, ils ont vendu 8 CDs à 2$ et 8 codes à 1$, c’est toujours 8$ de plus que d’habitude nous dis Luis et ils sont contents de maintenant toucher des plus jeunes. On espère quand même que leurs ventes augmenteront et on continuera à suivre tout ça les prochaines semaines. Maintenant, on souhaite surtout prospecter avec eux de nouveaux restaurants dans lesquels jouer.

D’un côté un peu plus personnel, pour nous tout va bien à Otavalo ! Les élections municipales viennent de se terminer, c’était une sacrée fanfare dans la ville pendant 45jours : 10 listes, de 1 maire et 5 conseillers, s’affrontaient en proposant toujours plus d’évènements. Notre chère Paolina (hôte) a été élue et prendra ses fonctions le 24 mai prochain, on est super fières d’elle et très contentes de la croiser maintenant plus souvent à la maison. D’ailleurs, on vous la présentera à l’occasion d’une prochaine Newsletter, elle a maintenant plus de temps pour nous parler de ses origines Ch’ti et Quichwa.

L’Equateur est un magnifique pays qu’on prend plaisir à découvrir chaque week-end. Peut-être seriez vous contents d’en apprendre plus sur nos aventures perso, aussi, on vous transmet le lien de notre blog dans lequel on retranscrit toutes nos visites, rencontres, activités et anecdotes du week-end : https://anoucketcandice.wixsite.com/ecuador

On vous embrasse tous fort et merci encore de nous permettre de rencontrer ces gens géniaux ! D’ici quelques semaines, on vous parlera de ce qu’on a partagé avec Anita.

Anouck et Candice